48 heures dans les bois en stage de Bushcraft

Je suis enseignante depuis peu et, parce que je respecte scrupuleusement les programmes officiels, j’enseigne à mes élèves «quels outils utilisaient les premiers hommes » et comment ceux-ci ont évolué au fil des siècles et des progrès humains et industriels. Mettez-vous quelques secondes à la place d’un enfant – un enfant né dans les années 2000 j’entends – et prenez conscience qu’un monde d’ « avant » peut paraître inconcevable : un monde sans téléphone, sans ordinateur, sans réseau, sans télévision, sans jeux vidéo, sans télécommande, Airpods, sans Siri ni assistant Google … Et pourtant, ce monde a bel et bien existé. Maintenant, remontons encore le fil des siècles et demandez- vous comment vivez les premiers hommes, sans l’électricité, sans supermarché, sans sommier et matelas Bultex. Avec un petit peu d’imagination, de recherches internet ou littéraires, on peut facilement s’imaginer cette vie. Mais n’est-il pas plus pertinent d’incarner ce mode de vie le temps d’un week-end pour comprendre réellement ce que vivaient ces hommes ?

Avec les stages de bushcraft, vous vous laisserez guider par un guide qui connait la vie en pleine nature sur le bout des doigts.

Depuis quelques années, il est possible de revivre ça lors de stage de bushcraft, littéralement : l’art des bois, ou comment vivre de manière agréable dans la nature. Attention à ne pas confondre avec les stages de survie qui eux préparent à des conditions extrêmes (sans eau ni nourriture, climat et milieu hostile …). Avec les stages de bushcraft, vous vous laisserez guider par un guide qui connait la vie en pleine nature sur le bout des doigts. Il vous accompagnera au milieu d’une forêt dans un camp adapté aux stagiaires où il vous proposera différents ateliers à la fois théoriques et pratiques. Si je peux vous en parler aujourd’hui, c’est parce que j’ai eu la chance d’y participer l’été dernier. Nous avons opté avec mon conjoint pour un stage de 2 jours, ce qui est assez court mais suffisant pour s’imprégner de ce mode de vie.

©Guillaume Labergerie

Le stage a débuté par une balade en forêt, moment idéal pour faire la rencontre des autres stagiaires et évaluer leurs attentes. Passionné du milieu extérieur, citadin cherchant à sortir de sa zone de confort, adolescent en quête de sensation, couple recherchant une expérience « différente »… chaque stagiaire vient avec son expérience et son vécu, avec ses doutes et ses attentes ; mais toutes et tous repartent avec le même ressenti : une parenthèse hors du temps, à la fois perdu.e mais avec la sensation d’avoir été là où il fallait être, une expérience à vivre et à partager. 48 heures dans les bois permettent d’expérimenter le «pouvoir du moment présent » : sans portable, ni réseau, ni montre, nous vivons dans ce stage-là avec le ressenti et nous nous adaptons à l’environnement proche.

© Guillaume Labergerie

Arrivés sur le camp de base (une sorte de clairière où du mobilier en bois créé par de précédents stagiaires demeure), le guide débute par un apprentissage de différents nœuds de cordes utiles en milieu extérieur, pour monter son tarp notamment ; d’ailleurs c’est ce qui est proposé à l’atelier suivant. Il faut alors choisir son lieu pour dormir, les troncs d’arbre qui nous porterons pour la nuit et où nous installerons nos deux hamacs sous un tarp et une moustiquaire (attention aux tiques en forêt). Après un repas en collectif, les activités se sont poursuivies jusqu’au soir : un atelier qui initie aux différentes techniques pour faire du feu, un autre pour créer son propre mobilier avec les arbres qui nous entourent et un dernier à la nuit tombée pour apprécier l’ambiance nocturne en pleine nature. Le lendemain, les ateliers continuent : on apprend notamment comment créer son propre savon naturel grâce à la résine des arbres ! On ne pourra malheureusement pas scanner ce super savon sur Yuka. Pour résumer, deux jours c’est court, mais deux jours en stage bushcraft, c’est plutôt intense et on en ressort différent.e.
Vivez cette expérience seul.e ou accompagné.e mais, vivez-là.

Margote Dubois

Retrouve notre reportage photo sur cette aventure ici et viens vivre ce genre d’aventure chez Expé³ .